Correspondances

Parler de celui qui fût durant de nombreuses années l’un de mes meilleurs amis autant que mon second père depuis mon adolescence ne saurait se dire en quelques lignes.

Zer a construit mon adolescence, m’a montré des chemins et des horizons qu’aujourd’hui encore je contemple et qui m’auront aidé à bâtir ma propre existence.

J’ai tant de souvenirs en sa compagnie, tant de fous rires et d’émotions,  tant d’émerveillements et de passions. Souvent nous refaisions le monde mais nos interminables discussions n’étaient jamais stériles et nous aidaient mutuellement à avancer, à supporter l’insupportable, à combattre la médiocrité, à toucher le bonheur parfois au détour d’une lumière qu’il savait si bien me montrer pour la capturer et la coucher de ses pinceaux sur le papier.

Je n’oublierai jamais cet homme qui a tant marqué ma vie et à qui je dois tellement.

Je t’ai aimé comme un père, comme un frère, comme un ami. Tu me manques.

 

« Retour vers 'Correspondances'