Correspondances

Quand les pinceaux furent posés
Quand les voyages furent achevés
Quand la pipe eut laissé refroidir son miel
La grande maison cessa de craquer
Et la nuit enveloppa Zer

Ce n’était pas une nuit noire

C’était une nuit piquée d’étoiles
Dans les bleus ondoyants d’un ciel de Provence

Une nuit vibrante d’insectes
Et de points posés sur la lanterne de l’oeil

Elle avait ses lignes et ses plans
Creusant comme un corail
Les galeries de l’espace

Une nuit fausse
Et qui paraissait vraie
Dans ses feux d’artifice

Une nuit s‘échappant en lavis
Pleine d’effluves de térébenthine
Vers l’éther

« Retour vers 'Correspondances'